Surveillance des sources d'émissions, bassins de résidus, région des sables bitumineux

Concentrations d’hydrocarbures aromatiques polycycliques et d’hydrocarbures pétroliers totaux dans des bassins de résidus dans la région des sables bitumineux – septembre 2013

Afin d’évaluer l’évaporation provenant des bassins de résidus en tant que source potentielle d’émissions de polluants dans l’air, en septembre 2013, on a recueilli des échantillons d’eau en vrac sur deux jours à huit sites (dans deux étangs à une seule installation) dans la région des sables bitumineux. On a réalisé des mesures chimiques des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des hydrocarbures pétroliers totaux (HPT). On présente les données sur les HAP pour les seize espèces désignées comme polluants prioritaires par l’Environmental Protection Agency des États-Unis. Les HPT font référence à la quantité totale de composés d’hydrocarbures. Dans cet ensemble de données, les valeurs des HPT représentent la quantité d’hydrocarbures saturés et aromatiques mesurés dans les échantillons d’eau des bassins de résidus, tels qu’ils sont déterminés à l’aide de techniques analytiques précises (fractionnement et chromatographie en phase gazeuse). Les HAP figurent sur la Liste des substances toxiques de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE), et ils sont soumis à une gestion en vertu de la Loi. Les estimations préliminaires semblent indiquer que les émissions d’HAP dans l’atmosphère à partir des eaux des bassins de résidus sont importantes par rapport à d’autres sources déclarées dans la région, comme il est indiqué dans le document de Galarneau et al., 2014.

Concentrations et flux d’odeurs de composés sulfurés réduits et de composés organiques volatils (COV) émis par les eaux des bassins de résidus dans le secteur des sables bitumineux – octobre 2014

Pour produire des estimations des émissions atmosphériques potentielles provenant des eaux des bassins de résidus, des échantillons d’eaux de surface ont été prélevés de cinq emplacements à l’intérieur d’un seul bassin en octobre 2014. Une chambre de flux de laboratoire a été utilisée pour évaluer les émissions potentielles dans l’air provenant des eaux des bassins de résidus. L’air a ensuite été analysé pour détecter la présence de composés sulfurés réduits, de composés organiques volatiles (COV) et la perceptibilité des odeurs. Les flux de COV et de composés sulfurés réduits dans l’atmosphère provenant des eaux de bassins de résidus contribuent à la teneur générale en composés responsables du smog et des odeurs dans la région. Les résultats sont présentés en tant que concentrations dans l’air généré et en tant que flux d’émissions (c.-à-d. le taux d’écoulement du composé de l’eau vers l’atmosphère) dérivés à l’aide des caractéristiques du flux dans la chambre. Les concentrations atmosphériques mesurées à l’aide des chambres de flux de laboratoire simulent l’état de l’atmosphère sous des conditions limitées et ne représentent pas l’étendue entière des valeurs pouvant découler de la variation de facteurs comme la température et la vitesse du vent. Les objectifs nationaux de qualité de l’air ambiant ne s’appliquent ni à l’air directement au-dessus des sources d’émissions comme les eaux des bassins de résidus, ni aux données atmosphériques générées à partir d’échantillons d’eaux de bassins de résidus.


Metadonnees

Ressources

[ICO]NameLast modifiedSizeDescription
[Parent folder]Parent Directory  - Parent folder
[DIR]Archive/2016-12-15 16:17 - Folder
[   ]6699bdff-8115-45cb-bea3-4808183bc90f.xml2017-02-09 20:43 56KUnknown item
[Comma separated]Change_Log-Registre_des_changements (TailingsPonds-EmissionsToAir).csv2015-11-10 21:12 535 Comma separated
[Javascript Object Notation]datapackage.json2017-02-09 20:43 7.5KJavascript Object Notation
[Comma separated]JOSM_Tailings_PAH__GC_MS_FID_AB_2013_V2.csv2016-11-18 14:38 52KComma separated
[Comma separated]JOSM_Tailings_VOC_RSC__GC_MS_FID_AB_2014_V2.csv2016-11-18 14:42 100KComma separated
Date modified: